Au début était : la question

Le chemin vers l’autonomie

Photo de Eric Sanman sur Pexels.com

J 2

Gros progrès par rapport à hier, je suis arrivée avec 1h d’avance… j’arrive encore à me surprendre après toutes ces années à ne pas savoir gerer mon rapport aux horaires.

Aujourd’hui, plus qu’hier encore, je me vois avec mes pairs au pied de cette montagne qu’il va falloir gravir à la fois seule et ensemble.

Hier, nous a été présenté les conditions de la certification, la soutenance devant un jury d’un mémoire d’une vingtaine de pages rédigé à l’aune des coaching pédagogique que nous allons devoir mener.

Heu, oui, mais…

Les mantras d’années de développement personnel ne suffisent pas toujours : un pas après l’autre, un jour à la fois, oui mais là, tout de suite je ressens une légère anxiété. Serais-je à la hauteur ?

Notre intervenant du jour nous livre nos premiers outils méthodologique. La demande de coaching et le cadre. Heureusement, mon année passée au CNAM sur l’introduction à la psychologie du travail m’a déjà donné quelques repères.

Le grand saut

Ça y est, c’est le jour J !

Photo de mali maeder sur Pexels.com

J 1

Je suis arrivée un peu en avance. Toujours peur d’être en retard pour une première rencontre.

Arrivée au 3ème pour un café d’accueil, essoufflée comme toujours, il va falloir que je m’occupe de ça aussi… on se présente les uns aux autres de façon informelle, timidement.

9h30 Le cours débute, en salle résilience… Nous sommes 11 participants, 6 hommes pour 5 femmes. Déjà, cela déconstruit l’image que je m’étais fait du public de ce genre de formation. C’est vrai. Longtemps, j’ai pensé que le coaching était réservé à des femmes de cinquante ans mariées à des cadres dirigeant qui s’ennuyaient et étaient trop laïques pour avoir une paroisse. Oui. J’avoue.

Evidemment, il va falloir se présenter. Chacun son tour. Je sais que ce n’est pas un exercice dans lequel je me sens à l’aise. Je veux commencer mais je n’ose pas assez vite. Déjà, mon coeur s’emballe et je commence à avoir chaud. Quand arrive mon tour, je suis au supplice, je titube presque. Heureusement, je sais pouvoir m’appuyer sur mon « pitch » mainte et mainte fois répété. Je suis comme dans un scaphandre et j’ai les oreilles qui bourdonnent. Je regarde mon auditoire sans le voir.

Enfin, je retourne à ma place.

Cette épreuve passée, nous commençons à entrer dans le vif du sujet à savoir quels sont les différents types de coaching ?

J’aime la rentrée !

Du plus loin que je me souvienne, j’aime la rentrée !

Ce jour-là, en descendant ma rue pour aller vers le métro, j’ai croisé des enfants impatients/réjouis/joyeux/enthousiastes accompagnés de leurs parents à l’air inquiet et parfois aussi, l’inverse…

C’est un jour que j’aime particulièrement et chaque année, voir les écoliers et leurs parents, me renvoie à cette joie, cette impatience à apprendre de nouvelles choses, découvrir de nouvelles personnes.

Je me rappelle aussi avec délectation ma rentrée au CP, mon tout premier cartable, bleu et rouge avec un panneau stop dessus. J’avais mis pour ma rentrée mon plus beau teeshirt, celui avec le visage de Candy en impression avec des paillettes. J’étais fière, confiante et heureuse d’aller à la grande école et d’enfin apprendre à lire.

Depuis ce temps là, j’aime la papeterie à la folie, les cahiers, les carnets, les stylos… ils sont comme autant de fétiches qui auraient le pouvoir de me faire mieux m’organiser, mieux apprendre, portée que je suis par cette nouvelle année scolaire qui s’ouvre à moi pleine de promesses.

Pour moi, cette année la rentrée ce sera chez Psycho Prat’, pour y suivre la formation « la pratique du coaching professionnel » en espérant me voir certifiée coach.

Cette formation dure 9 mois…. c’est dire la transformation qui doit s’opérer ! Je vous propose de suivre mon cheminement à travers de modestes breves que je viendrais publier ici.